Séminaire 2016-2017 : Comprendre les relations Afrique-Asie : espace transversal de recherches et d’enseignement (CRAA-ETRE)

3ème jeudis du mois 15h-17 octobre 2016 – juin 2017 / sauf les exceptions et séances spéciaux

Presentation du Séminaire

Porté par la Fondation France-Japon de l’EHESS et soutenu par les trois institutions membres (EHESS, ENS, Université Dauphine), l’objectif de ce séminaire est de créer un réseau de recherche et d’enseignement afin d’éclairer la façon dont les nouveaux rapports Afrique-Asie modifient le paradigme des recherches en sciences sociales et la tradition des recherches européennes sur l’Asie et l’Afrique. L’objectif fondamental du projet est d’œuvrer à la consolidation et l’extension des collaborations et liens entre les chercheurs qui travaillent sur l’Afrique, l’Asie ou sur les deux continents en même temps. Il se décline ainsi en trois volets étroitement articulés : création d’un réseau, formation et recherche.

Quatre axes de recherches :

Quatre axes ont été retenus qui, loin de constituer des domaines de recherches étanches, délimitent des opérations concrètes de recherche, formation et de mise en réseau. Le post doc devra aider à la coordination des activités de ces axes. Ces derniers sont conçus comme autant de domaines où les chercheurs de PSL, réunis dans le projet CRAA-ETRE, élargissent leur collaboration au-delà des partenaires déjà identifiés. A cet égard, les axes constituent des points de convergence pluridisciplinaires innovants qui se chevauchent partiellement, renforçant ainsi les liens au sein du PSL comme à l’extérieur. Enfin, les axes développent des activités autour de thèmes fédérateurs qui resserrent l’analyse, font émerger des dynamiques partagées entre les entités du programme et ciblent d’éventuels financements complémentaires pour certaines activités spécifiques.

AXE 1 : Réseaux et circulations

Dans CRAA-ETRE qui porte précisément sur la mise en relation, la définition unifiée de chaque ensemble continental impliqué, l’Asie ou l’Afrique, mérite d’être questionnée. D’une part, les catégories employées jusqu’ici sont intrinsèquement européo-centrées. D’autre part, elles sont posées comme les plus pertinentes pour saisir les pratiques sociales concrètes. Cet axe entend précisément construire des catégories plus opératoires, non naturalistes ni culturalistes. A cet égard, il proposera trois volets qui visent à dessiner, dans toute leur complexité, les contours des nouvelles territorialités.

Un premier volet problématisera l’approche de leurs frontières dans l’histoire, la question des conditions géographiques de circulation. En un mot, il visera à retracer les réseaux en spécifiant les lignes et les nœuds les structurant. La prise en compte de tous ces aspects permettra d’étudier attentivement et de manière comparative les différentes configurations locales mais aussi globales des nouvelles territorialités.

Un second volet spécifiera la multiplicité des éléments qui constituent ces nouvelles relations. Cet axe éclairera d’abord ce qui, dans la durée, constitue les traits d’union dans ces connexions (les espaces maritimes, routiers, aériens). Les travaux reviendront ensuite sur les objets qui y circulent. Cet axe laissera la question des marchandises au profit du second axe afin de se concentrer sur l’éclairage des aspects culturels et symboliques de ces réseaux d’échanges. Les faits religieux et la diversité culturelle seront mis au centre de l’analyse pour rendre compte des liens entre les deux territoires étudiés.

Le troisième volet consistera en des recherches transversales et multisituées. Des enquêtes de terrains seront entreprises qui se concentreront sur les diasporas cristallisées dans le cadre de la circulation dans ces nouvelles territorialités et leurs fonctions (commerçants, étudiants etc.). L’époque contemporaine sera privilégiee car elle comporte plusieurs dynamiques transnationales empiriquement observables entre les deux régions. Ce troisième volet entendra analyser comment la présence de ces diasporas est porteuse de mutations sociales. CRAA- ETRE investiguera la place prise, à l’ère de la mondialisation, par ces diasporas et les lieux   qu’elles habitent. Cela nous encouragera conséquemment à nous concentrer sur les images que ces diasporas construisent d’elles-mêmes et celles qui leur sont assignées (stéréotypes et autres clichés).

Ce passage par la diaspora permettra de cerner les catégories émpiriques des acteurs eux- mêmes afin de mieux et suivre le sens de leurs pratiques pour créer, occuper ou « habiter » ces nouvelles territorialités.

Responsables de l’Axe : Eloi FICQUET Eloi (CNRS).

AXE 2 La recomposition géopolitique et le renouveau des relations économiques

Par comparaison aux relations entre l’Europe et l’Afrique d’une part et l’Europe et l’Asie d’autre part, les relations économiques et politiques de l’Asie avec l’Afrique dans le contexte contemporain, sont beaucoup plus récentes. Au cours des années 1970 et 1980, la question prioritaire entre l’Afrique et l’Asie était la concurrence sur les marchés mondiaux. La réalité des échanges économiques directs entre les deux continents est moins connue, et les études s’appuient essentiellement sur les statistiques de grands organismes internationaux comme l’OCDE (l’Organisation de Coopération et de Développement économiques), l’ONU (l’Organisation des Nations Unies) ou le FMI (le Fonds Monétaire international). Pour en savoir plus sur ces interactions, nous analyserons les différentes études de cas basées sur les rapports intergouvernementaux et les FTA (Free Trade Agreements, accords de libre-échange) instaurés en Asie, en Afrique, et au sein de l’Afrique-Asie.

Nous pourrions alors remarquer un phénomène représentatif à la fois de l’ouverture des pays africains aux marchés globalisés et de l’importance de leurs échanges économiques avec la Chine : l’importation massive de motos d’origine chinoise, par exemple. Autrefois dominé par l’industrie japonaise, le marché local des deux-roues est aujourd’hui alimenté par une multitude de marques chinoises (ou indiennes au Ghana) qui produisent des clones des motos du pays du Soleil Levant vendus à un prix entre deux et cinq fois moins cher que l’originel.

Il est à noter que le thème de l’intégration régionale est commun aux deux territoires. En Asie, la coopération géographique et économique repose sur des organisations solides. C’est le cas de l’ASEAN (Association of Southeast Asian Nations) ou de la SAARC (South Asian Association for Regional Cooperation), qui influencent directement les relations entre les pays membres. Les pays africains ont eux aussi développé des institutions régionales : la CEDEAO, (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), l’AFTZ (African Free Trade Zone), par exemple. Les relations entre ces zones économiques régionales, les relations intercontinentales, les rapports de force face aux autres partenaires et concurrents du « Nord », sont autant de facteurs qui influencent les marchés africains et asiatiques aujourd’hui.

Un autre thème mérite d’être souligné : la montée en puissance des acteurs parallèles (ONG, organismes transnationaux, bailleurs de fonds privés…), des acteurs à but lucratif ou non lucratif, qui dépassent les frontières, et échappent au contrôle de l’Etat, créant ainsi sur le continent, une nouvelle sphère économique et politique. L’affrontement entre l’Etat et la société civile, les différentes stratégies géopolitiques et économiques privilégiées par les pays africains et asiatiques, les rapports entre les différents acteurs, seront d’autres sujets abordés dans cet axe.

Responsables : LECHEVALIER Sébastien (EHESS, FFJ & CCJ), MOUHOUD El Mouhoub (Université Paris Dauphine, DIAL), PAIRAULT Thierry (CNRS, Centre Chine- Corée-Japon

AXE 3 Production et circulation des savoirs

Cet axe se veut plus épistémologique afin de mieux éclairer, en tenant compte de la longue durée, la situation d’étanchéité relative entre « études asiatiques » et « études africaines », et son dépassement.

Le premier volet cherchera à mieux éclairer l’histoire, à partir de l’Occident, des rapports entre les études asiatiques et les études africaines, en questionnant les contours de l’orientalisme. Si l’inclusion de l’Asie dans le canon des « études orientales » semble aller de soi, qu’en est-il de l’Afrique ? L’égyptologie ou les études arabes en forment aussi une partie intégrante, et même éminente. Sur le plan des découpages disciplinaires, la limite semble donc se situer moins entre Asie et Afrique, qu’entre Asie-Afrique du Nord d’un côté, et Afrique subsaharienne d’un autre côté. Toutefois, différentes institutions, comme l’Ecole des langues orientales ou les congrès internationaux des orientalistes ont bel et bien intégré toutes ces régions dans un même ensemble « oriental ». Il s’agira de reconstruire l’histoire des débats sur les contours de l’orientalisme car elle ouvre des perspectives inédites sur la perception que les africanistes et les spécialistes de l’Asie ont de leurs domaines respectifs et de leur place dans la cartographie des savoirs.

Le deuxième volet, plus contemporain, appréhendera la manière dont se construisent les connaissances scientifiques sur l’autre continent en Afrique et en Asie. Les études africaines en Asie (Japon, Chine et Inde particulièrement) se sont développées selon des rythmes et des intérêts différents. Ce développement a impliqué des universités, des réseaux de chercheurs – comme la TICAD (Tokyo International Conférence on African Development) et le FOCAC (Forum on China-Africa Cooperation) – mais aussi des ONG. Il conviendrait, dans cette mesure, de comprendre comment les intérêts purement académiques se mêlent à des problématiques de développement et d’aide. Pour ce qui est des recherches menées par les africains sur l’Asie néanmoins, force est de constater qu’elles restent encore très limitées. Par rapport aux autres pays, seule l’Afrique du Sud se distingue notamment par des travaux portant sur la Chine et l’Asie de l’Est. Parmi les activités de ce volet, nous établirons une cartographie des disciplines impliquées afin d’éclairer les thèmes et problématiques développés pour saisir les représentations que les sciences de chaque continent construisent sur l’autre.

Un troisième volet est celui où, à partir de cette connexion, est directement mise à l’épreuve l’épistémè européenne. En effet, il vise à rendre compte comment, à partir de ces nouvelles territorialités, une économie politique de la production des savoirs émerge non pas contre l’Europe mais hors de son hégémonie épistémologique. L’objectif véritable de ce volet est d’engager une confrontation théorique et pratique avec les sciences sociales, à partir des expériences vécues dans ces nouvelles territorialités, pour en aménager les contours et contenus. L’idée de mise à l’épreuve vise précisément à décloisonner les approches sur chaque continent, l’Afrique et l’Asie, et à montrer que chacun est un lieu épistémique à construire en dialogue non seulement avec l’autre mais, plus largement, avec d’autres postcolonies. S’ouvrir à d’autres espaces est donc une des conditions épistémologique de dépassement des contraintes mentionnées dans CRAA-ETRE et de construction et consolidation d’un monde commun.

Responsables : TALL Emmanuelle Kadya (IRD, IMAF)

AXE 4 Techniques et nature : perspectives croisées Asie-Europe en Afrique.

Tout au cours du XXe siècle, la diversité des approches de la nature et des techniques en Afrique a suscité des traditions de recherches et des projets scientifiques distincts : paléontologiques, archéologiques, et ethnologique pour l’histoire coloniale européenne en Afrique, éthologiques, écologiques, agronomiques et ethnologique pour la japonaise. Un certain nombre de sujets sont cependant communs comme une recherches des origines humaines (via la primatologie), l’inventaire des modes de vie et d’exploitations de la nature ou des projets de développements dans lesquels les dispositifs techniques exportés (directement ou via d’autres pays comme l’Inde, font désormais l’objet d’interrogations qu’il importe de croiser et de développer de concert.

A cet égard, rappelons l’école de primatologie japonaise est l’une des plus réputée et a été à l’origine du renouveau de l’éthologie, dès les années 1950, vingt ans avant l’Occident. Cette innovation y est intervenue, non de façon isolée ou opposée aux sciences de l’homme, offrant ainsi une articulation science de la nature/science de l’homme quasiment impensable dans le cadre de la tradition scientifique européenne. Cette école, dite école de Kyoto, s’est développée tant en éthologie qu’en anthropologie, formant les étudiants à la recherche sur le terrain (majoritairement en Afrique, mais également en Asie).

Aujourd’hui, les environnementalistes travaillent également sur les problématiques qui traversent la nature et les différentes sociétés en Afrique et en Asie afin de protéger l’environnement. Beaucoup de plasticiens, mais aussi les chercheurs tentent d’élargir la perspective sur la question qui lient les savoirs locaux, les savoirs basés sur l’observation et l’interprétation de la nature aussi bien que la cohabitation ou l’harmonie qui constituent amplement, l’art de vivre. Il s’agit, dans cet axe, de comprendre la construction symbolique ou pratique du corps, des gestes et des modes de vie même de l’homme par rapport à son environnement, de décrire les actions élémentaires, les savoir-faire et connaissances impliqués dans les gestes en prise directe avec les matériaux ou ceux impliquant des techniques et instruments issus de la modernité industrielle et marchande de l’Occident ou de l’Orient.

Cet axe tentera, ainsi, à partir des collaborations entre les spécialistes français, européens, africains ou asiatiques, de croiser les différentes perspectives sur les relations entre homme/ nature, et transferts techniques et ce, dans les divers contextes où interviennent des changements environnementaux ou économiques (Corne de l’Afrique, Afrique centrale et de Ouest).

Responsables : JOULIAN Frédéric (EHESS), HAZARD Benoit (CNRS)

 

Programme du séminaire 2016-2017

Jeudi 20 octobre 15h- 17h

AXE 2 La recomposition géopolitique et le renouveau des relations économiques
Introduction du programme :

Rémy Bazenguissa-Ganga, directeur d’étude, EHESS, IMAF, Kae Amo, Chargée de programme, EHESS-FFJ

Thème : Risque ou opportuité? Investissement des pays asiatiques en Afrique

Intervenant : Kadidiatou Gazibo, enseignante chercheure en science politique et juridique, Université de Tahoua.
Lieu : EHESS (190 Avenue de France) Salle 638

Discutant : Rémy Bazenguissa-Ganga

 

Jeudi 10 novembre 15h-17h

AXE 2 La recomposition géopolitique et le renouveau des relations économiques

Chine / Japon : Deux présences asiatiques en Afrique

60 ans de relations entre la Chine et l’Afrique
Speaker: Xavier Aurégan, Chercheur, IFG-Paris 8; CIRAD-CTA; Paris 1; Paris Ouest; UPEC; Université catholique de Lille; Lille 3.

Des présences japonaises en Afrique
Speaker: Frédérique Louveau, enseignante chercheure en anthropologie, Université Gaston Berger, Saint-Louis)

Discutant : Thierry Pairault, directeur d’études, CNRS – EHESS.
Lieu : EHESS (190 Avenue de France) Salle 640

 

Jeudi 1er décembre 15h- 17h

Séance spéciale   AXE 4 Techniques et nature
Land, Food and Water : New Challenge for Asia & Africa

Land and Water at the core of the Emerging Geopolitics of Food Security: An African Perspective
Intervenant : Dr. Madiodio Niasse (former director of the International Land Coalition),
The Future of « Orphan Crops » : Investment Possibility on Yam and Cassava in Ghana and Nigeria
Intervenant: Kotaro Fukuhara (Graduate School of Agricultural and Life Sciences, the University of Tokyo)

Discutant : Benoit HAZARD (CNRS)
Lieu : EHESS (190 Avenue de France) Salle 640
Jeudi 8 décembre 15h- 17h

AXE 3 Production et circulation des savoirs
Past and Present in Japanese African Studies : A case of chronical transformation of Kassena’s mud houses and families
Intervenant : Shimizu TAKAO enseignant chercheur, Universtié d’Hiroshima
Discutant : Pooja Jain enseignant chercheure, FFJ-EHESS, Science Po
Lieu : EHESS (190, avenue de France), Salle 662 (CEIAS)

Jeudi 12 janvier 15h- 17h

AXE 2 La recomposition géopolitique et le renouveau des relations économiques

De la Franceafrique à la Chineafrique?

Approches comparatives de la dépendance du Congo à l’égard de la France et de la Chine
Julien Bokilo Lossayi (Université Marien Ngouabi du Congo )

Les alliances entre entreprises françaises et chinoises en Afrique
Jeremy RUBEL (GNB Consulting)

Discutante: Lisa Chauvet (Université Paris-Dauphine, l’UMR DIAL. IRD)
Lieu : EHESS (190 Avenue de France) Salle 638

 

Mardi 24 janvier 2017, 9h30 – 12h30

Table Ronde : Asian Presence in Africa. Toward new Geopolitics and development strategies

Co-organisé par l’Ambassade du Japon en France et le programme Afrique-Asie de la Fondation France-Japon de l’EHESS 

Keynote speech : Katsumi HIRANO, Executive Vice President, Institute of Developing Economies (IDE-JETRO)

Intervenants :

Pooja JAIN, FFJ, enseignante chercheure, EHESS-FFJ, Science Po

Bernard Rene Guillochon, Professeur émérite, Université Dauphine

Benoit Hazard, chercheur,CNRS

Eloi Ficquet, maître dec conférence, EHESS

Jeremy RUBEL, expert en investissement, GNB Consulting

Julien Bokilo Lossayi enseignant chercheur, Université Marien Ngouabi du Congo

Lieu : EHESS (190, avenue de France 75013 Paris), Salle 638, 6ème étage

 

Mercredi 8 février 18h-20h 

Séance spéciale
Table Ronde publique : Asie-Afrique : Un nouvel Axe du monde de demain?
AXE 2 La recomposition géopolitique et le renouveau des relations économiques
Séance organisé dans le cadre de « cercle géopolitique » à l’Université Dauphine

Intervenants :

Lionel Zinsou, économiste et ancien Premier ministre du Bénin.

Jean Joseph Boillot, économiste, spécialiste des relations entre la Chine, l’Inde et l »Afrique, cofondateur de Euro-India ans Business Group, chercheur associé au CEPII.

Serge Michel, journaliste, spécialiste de l’Afrique.

Adama Gaye, journaliste, consultant international, spécialiste des relations entre la Chine et l’Afrique.

Discutant : Bernard-Rene Guillochon (Université Dauphine)
Lieu : Université Dauphine

 

Mardi 21 fevrier 15h- 17h

Etudes africaines au Japon _ (1) Expérience ethnographique

AXE 3 Production et circulation des savoirs

Séance dans le cadre du séminaire de Rémy Bazenguissa-Ganba 
Intervenant : Akira Takada (Kyoto University, Japon)
Discutant : Rémy Bazenguissa-Ganga (EHESS)
Lieu : IMAF (96 bd Raspail, 75006) Salle de réunion (2ème étage)

 

Vendredi 10 mars 15h- 17h

Etudes africaines au Japon _(2) production et circulation des savoirs

AXE 3 Production et circulation des savoirs

Séance collective avec Atelier ouvert des Cahiers d’études africaines

Séance organisée par :

Éloi Ficquet, maître de conférences de l’EHESS ( CéSor )

Benoit Hazard, chargé de recherche au CNRS ( IIAC-CEM )

Intervenants : Akira Takada (Kyoto University, Japon), KaeAmo (EHESS-FFJ, IMAF)

Lieu : IMAF (96 bd Raspail, 75006) Salle de réunion (2ème étage)

 

Jeudi 16 mars 15h- 17h

Séance Inde

 

Jeudi 20 avril 15h- 17h

AXE 2 La recomposition géopolitique et le renouveau des relations économiques
Intervenant : Catherine Laffineur (DIAL, Université Dauphine)
Discutant : Sébastien Lechevalier

 

Jeudi 18 mai 14h- 18h

Table ronde AXE 1-4

 

Jeudi 15 juin 15h- 17h

AXE 3 Production et circulation des savoirs
Interventants : Yumiko Yamamoto (EHESS-FFJ) « L’urbanisation et la mobilité urbaine des 4 villes africaines (Dakar, Accra, Nairobi, Abidjan).

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *